Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

Bonjour, j’espere que vous allez bien ! Aujourd’hui, chronique d’un livre que je me suis enfin décidée à lire et qui mérite son succès !

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

éditions Acte Sud, 2018

425 pages, 21€80

   Le résumé 

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

Mon avis 

Une vallée, des vies entremêlés qui s’abîment les unes les autres, des étés chauds et lourds, l’amertume d’une génération qui s’est retrouvée déclassée brusquement et une odeur de béton, c’est ce qui se dégage du roman de Nicolas Mathieu. 

Mais que puis-je dire de plus de ce livre, qui s’est déjà trouvé une place parmi les grands romans de ces dernières années, qui a prouvé sa valeur, qui a fait parler, surtout en bien, ces 400 pages pages qui ont sut décrocher le prix Goncourt ? 

Peut-être pourrais-je parler de la plume de Nicolas Mathieu, magistrale et qui sonne toujours juste, qui sait capturer de façon saisissante et poétique des personnages touchants, des personnages qu’on voit grandir, se perdre et se retrouver au fil des années. 

Peut-être pourrais-je dire que ce roman sonne comme une tragédie, une descente implacable mais aussi comme une montée, un voyage initiatique. Quatre étés, où se mélangent à la fois les descriptions de l’action qui se déroule mais aussi les portraits des personnages, leurs histoires, des tranches de leur vies, souvent malheureuses. Et c’est ça que j’ai préféré dans ce roman, les moments où l’on est aspiré dans ces descriptions, ces récits de vies qu’on aurait trouvé un peu sans intérêt mais qui deviennent grandioses sous le regard de l’écrivain. Ce croquis de ces habitants d’une ancienne vallée minière, des parents qui regrettent une époque florissante et dépérissent sous le soleil d’un nouveau monde aux enfants qui cherchent à grandir et se réinventer. Car leurs enfants après eux, c’est aussi le récit d’une rébellion silencieuse de jeunes qui ont vu leur parents écrasés, oubliés par une société qui va trop vite pour eux. Des jeunes qui se battent en utilisant chacun les moyens dont ils disposent. 

Peut-être pourrais-je expliquer que ce roman est une fresque sociale et Nicolas Mathieu un naturaliste du XXIeme siècle, qui pose des questions encore actuelles, leurs enfants après eux, est-ce que les enfants finissent toujours comme leurs parents ? 

Peut être pourrais-je aborder le sentiment pesant de nostalgie qui se dégage du roman. La nostalgie de cette vallée qui a connu la réussite et dont les habitants se retrouvent maintenant tous au chômage. Mais aussi la nostalgie d’un été, de celle qu’on ressent quand on a grandi et qu’on repense à ces instants maintenant loin. Nicolas Mathieu parvient à nous rendre nostalgiques d’étés que l’on a pas vécu. 

Peut-être pourrais-je aussi préciser que ce roman n’est pas vide de défaut, un manque d’équilibre, des longueurs à côté d’ellipses brutales où tout va un peu vite, surtout à la fin. Mais ce rythme est aussi un moyen de copier l’adolescence, qui s’étire longuement quand on a quatorze ans (le début du roman) et qui pourtant s’accélère implacablement quand on atteint l’âge adulte (la fin). 

Leurs enfant après eux, c’est donc un récit d’adolescence, le témoignage d’une vallée mais aussi une rencontre avec des personnages qu’on ne croise pas souvent dans les livres, des personnages médiocres auxquels l’auteur donne pourtant une majesté, les transformant en véritables anti-héros de la tragédie qu’est leur vie. 

J’espère que je vous aurai donné envie de le lire ! En tout cas, on se retrouve bientôt mais d’ici là bonnes aven(lec)tures,

Garance

6 thoughts on “Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s